Les Mots de Roijean…

0

0

Les Devoirs de Vacances…

0

Très Chère Maîtresse BCBG,

Incité par vos tweets et bien que n’étant pas encore en vacances, je révise consciencieusement vos leçons. A leur lecture, il me vient une question :

Suis-je un bon soumis ?

Tous ceux qui ont le privilège de se plier à vos vices et caprices peuvent légitimement se la poser.

Je tente à l’aune de vos leçons un auto-jugement :

Leçon n°1 : Être à ses pieds

Aie ! ça commence mal. J’aime beaucoup vos pieds et l’élégance de vos souliers, particulièrement lorsque vous me les tendez, me permettant de les caresser. Mais je ne suis pas particulièrement fétichiste et il faut bien l’avouer, je me suis bien peu prosterné devant vous.

Leçon n°2 : Y être attaché

Je me sens beaucoup plus à l’aise. Non seulement j’adore me sentir prisonnier de vos cordes ou de vos bracelets, mais les liens invisibles m’attachant à Vous sont des plus solides.

Leçon n°3 : Le porter avec fierté

Joker. Vous m’avez peu affublé d’un collier.

Leçon n°4 : En pincer pour elle

Je n’ai pas à rougir. Je ne me suis jamais défilé devant vos pinces, bien au contraire, et je ne peux vous cacher l’effet de vos mains sur mes seins. Quant à « en pincer pour Vous » le mot est faible.

Leçon n°5 : Toujours penser à Elle

24H/24, 7J/7, difficile de faire plus. Peut-être pouvez-vous me reprocher de ne pas porter d’accessoire pour vous le prouver.

Leçon N°6 : Mériter son regard

Lorsqu’il croise le mien, les émotions naissantes me laissent penser que c’est le cas, en toute humilité.

Leçon n°7 : Lui montrer du respect

J’avoue ne pas être prêt à porter cet accessoire. Est-ce un manque de respect ?

Leçon n°8 : Lui permettre de voyager

Nous y parviendrons peut-être un jour, mais j’espère que même sans quitter l’Alcôve les chemins que nous parcourons vous dépayse autant que moi.

Leçon n° 9 : Toujours la sublimer

Je m’y emploie sans cesse, lors de nos rencontres et dans les écrits que je vous offre. Comment peut-il en être autrement ?

Leçon n° 10 : Conserver ce lien d’appartenance

Je ne demande que cela. Serrez plus fort votre corde, Madame, je vous en prie.

Leçon n° 11 : Osez rougir devant Elle

Sans réserve, c’est un plaisir.

Leçon n°12 : Lui démontrer votre ouverture d’esprit

Vous m’en avez fait découvrir tout le plaisir.

Leçon n° 13 : Savoir lui offrir du piquant dans Sa vie

D’ortie ou de roulette, l’effet sur ma peau est assuré, le constater vous est-il assez pimenté ?

Leçon n° 14 : Accepter ses visites médicales

Deuxième joker.

Leçon n°15 : Espérer la lumière

Ôter le bandeau pour retrouver l’éclat de vos yeux… toujours une émotion.

Leçon n° 16 : Accepter ses choix pour moi

Et m’y abandonner…

Leçon n°17 : Lui offrir bien plus que mon cœur !

Mon cœur, mon corps, mon âme…

Leçon n°18 : Toujours… Être à sa disposition !

Une évidence !

Leçon n°19 : Ne jamais être en dessous de ses attentes !

C’est une quête permanente.

Leçon n°20 : S’offrir à ses amies !

Bien entendu ! S’il plaît à Madame.

Leçon n°21 : Rester à sa place !

C’est ainsi…

Leçon n°22 : Honorer ses invitations

L’honneur est pour moi.

Leçon n°23 : Frissonner de ses vices !

Toujours, ils sont toujours innombrables.

Leçon n°24 : Accepter ses marques de reconnaissances 

C’est une fierté.

Leçon n°25 : Savourer une attention !

Un délice…

Leçon n°26 : Apprécier être son objet de plaisirs

Bien plus que cela… en jouir.

Leçon n°27 : S’appliquer à ce que le courant passe.

Jusqu’à déclencher d’éblouissants éclairs.

Leçon n°28 : Savourer… Son Champagne doré !

Vous décevoir me désespère.

Leçon n°29 : Lui offrir son plus bel écrin pour ses bijoux !

Des progrès à faire…

Bon… Il me faut bien reconnaître ne pas être le parfait élève, à vous de voir si des punitions s’imposent.

Quoiqu’il en soit, sans insolence ni provocation, être un soumis idéal m’importe peu, seuls comptent, les plaisirs partagés, les envies et avant tout les émotions…

Pour Vous, pour Nous.

RoiJean.

O

O

Le Fouet de Maîtresse BCBG.

0

0

Ma Bien Chère Maîtresse BCBG,

En achetant ce fouet en vue de notre rendez-vous, je ne savais pas précisément quand je vous le remettrai. Il me faudrait trouver le moment opportun pour faire de celui-ci plus qu’un simple présent.

Retrouver l’intensité de nos rencontres m’apparaissait d’une impérieuse nécessité face aux incertitudes des dernières semaines.

M’offrir aux morsures de cette lanière, prolongement de votre bras, avec laquelle nul semblant n’est possible, me paraissait le moyen le plus criant de vous prouver mon attachement.

Dans cet étrange corps à corps sans contact charnel, les énergies circulent et se répondent à travers la longue tresse de cuir. Ressentir votre détermination à faire naître en moi les sensations intenses éprouvées durant cette lutte entre douleur et plaisirs insoupçonnables, serait une magnifique manifestation d’intérêt à mon égard. Chaque stigmate serait une marque d’attention, un sentiment qui s’imprime sur la peau.

J’étais décidé à me livrer sans retenue jusqu’au bout de mes forces.

Les émotions se devraient d’être sublimes, marquant les esprits autant que le corps. Ce cadeau, encore plus que de vous plaire, devait porter en lui toute une symbolique évocatrice. L’imaginaire associé à l’usage même du fouet, objet de mes fantasmes et de votre plaisir, devait être rehaussé par son aspect, l’entrelacement du cuir rouge et noir, l’élégance de ses ondulations, … En vous le remettant, j’étais déterminé à nous donner l’occasion de partager une nouvelle fois l’exceptionnel.

Mon espérance fut comblée bien au-delà de ce que j’imaginais.

Bien que retrouvant tout le sel de nos conversations et de nos jeux, lorsque le fouet animé par vos mains vint claquer sur moi, je suis toujours décidé, bien que déjà éprouvé, à faire durer cet échange au plus qu’il me serait permis.

La vive douleur des premiers impacts me fait courber le dos. « Se redresser », « ne pas fléchir », « accepter… apprécier », « pensez à vous à l’autre extrémité du fouet » « écouter, percevoir votre plaisir, se concentrer sur l’instant » peu à peu la douleur se mue en sensation étrange et envoûtante. Je bascule dans un état second… Chaque impact est un sursaut d’émoi.

La chaleur m’envahit… le plaisir m’enivre…, je me laisse emporter, je m’abandonne…

Pas tout de suite…repousser les limites, je lutte…

« Tenir »…

Lentement mes forces m’abandonnent…tout tourne autour de moi…,  

…. Mes jambes se dérobent… je fléchi

« Tenir encore un peu »… « Tenir »… « Tenir »…

Tout s’immobilise…

Au bord de la défaillance, il me faut un peu de temps pour revenir à moi et me rendre compte que le fouet s’est tu. Vous êtes là… tout va bien.

Est-ce terminé ? Suis-je aller assez loin pour vous satisfaire ?

Une vague sensation d’inachevé me nargue. Votre plaisir était presque complet…

Ce « presque » est de trop, il me faut le faire disparaître, reprendre des forces, puis reprendre le combat, braver à nouveau ce fouet. Qu’il nous donne plus encore.

Vous vous inquiétez pour moi :

– Êtes-vous certain ?

Non, aucune certitude, je ne sais si j’en ai la force. Mais il me faut essayer. Ni orgueil, ni abnégation, il me faut simplement, vous offrir, nous offrir un moment inoubliable.

Je reprends ma position, saisissant mon sexe à pleine main pour parfaire votre spectacle et me donner du courage.

Dans mon dos, votre présence, votre énergie, votre envie me sont perceptibles. C’est tout ce qu’il me faut… je suis prêt.

Premiers claquements, la peau déjà meurtrie est encore plus sensible. Je serre les dents, comprime mon sexe pour provoquer rapidement une érection favorisant le transport vers un état voluptueux.

« Écouter, percevoir votre plaisir, se concentrer sur l’instant, ressentir… » Tous mes sens sont en éveils subjuguant mon esprit de sensations contradictoires.

Sous les coups, ma peau s’échauffe. La chaleur se répand dans mon corps, dans mon ventre, dans mon sexe… Je m’embrase.

« Encore Madame », « Montrer moi combien vous tenez à moi »,

Je vous exhorte…

« Oui Madame », « vos assauts sont des cadeaux, vos morsures autant de marques d’attention »

« Encore » le jouissif cinglant du cuir me traverse, gonfle mes veines et grandi mon sexe.

La cadence s’accélère, ma cuisse, mes fesses sont en feu… J’entends votre plaisir monter… ma main se précipite… les traits de feu s’abattent sans répit… je hurle et vos cris me répondent… m’excitent et m’encouragent…

« Encore »…

L’exaltation est à son comble et m’entraine au bout de mes forces, quand, soudain, votre explosion me libère enfin,… je succombe dans une ultime extase …

Le temps est suspendu… sublime instant…

Reprenant mes esprits, je me retourne et, encore groggy, me traîne jusqu’à vous, accroupie au milieu de la pièce. Je pose ma tête sur vos genoux, m’enivrant de votre parfum dans un dernier effort.

À Vous…

RoiJean   (Avril 2021)

 

0

 

Ma Très Chère Maîtresse BCBG,

De chacune de nos rencontres je me plais à vous décrire mes émois.

Ils n’ont pas manqué mardi dernier mais j’ai été particulièrement touché par cette complicité à laquelle vous faites fréquemment référence.

Cette qualification de notre relation utilisée de longue date me semblait incomplète à la décrire.

Elle l’est assurément mais je mesure plus que jamais combien l’inexplicable et inaltérable magie de nos rencontres doit à notre complicité.

Cette entente profonde, spontanée est tellement évidente.

Il nous est si facile de nous comprendre, de rire d’un mot d’un regard, de partager des émotions et de faire vivre notre Histoire dans un véritable respect mutuel et une confiance sans faille.

Je ne veux pas m’étendre plus au risque de mièvrerie, Vous et Moi connaissons parfaitement la solidité de ce qui nous uni sans qu’il soit nécessaire d’en ajouter.

Cette complicité m’importe au plus haut point, soyez en assurée.

Elle ne fera pas défaut à l’occasion que j’espère prochaine d’un moment durant lequel il nous sera permis, après de plaisants échanges d’apprécier vos vices et caprices inspirés de votre féconde perversité… et encouragés de la mienne. A votre convenance…

Inavouables pensées.

Votre RoiJean (Mai 2021)