Les Mots de Roijean…

0

0

Le Fouet de Maîtresse BCBG.

0

0

Ma Bien Chère Maîtresse BCBG,

En achetant ce fouet en vue de notre rendez-vous, je ne savais pas précisément quand je vous le remettrai. Il me faudrait trouver le moment opportun pour faire de celui-ci plus qu’un simple présent.

Retrouver l’intensité de nos rencontres m’apparaissait d’une impérieuse nécessité face aux incertitudes des dernières semaines.

M’offrir aux morsures de cette lanière, prolongement de votre bras, avec laquelle nul semblant n’est possible, me paraissait le moyen le plus criant de vous prouver mon attachement.

Dans cet étrange corps à corps sans contact charnel, les énergies circulent et se répondent à travers la longue tresse de cuir. Ressentir votre détermination à faire naître en moi les sensations intenses éprouvées durant cette lutte entre douleur et plaisirs insoupçonnables, serait une magnifique manifestation d’intérêt à mon égard. Chaque stigmate serait une marque d’attention, un sentiment qui s’imprime sur la peau.

J’étais décidé à me livrer sans retenue jusqu’au bout de mes forces.

Les émotions se devraient d’être sublimes, marquant les esprits autant que le corps. Ce cadeau, encore plus que de vous plaire, devait porter en lui toute une symbolique évocatrice. L’imaginaire associé à l’usage même du fouet, objet de mes fantasmes et de votre plaisir, devait être rehaussé par son aspect, l’entrelacement du cuir rouge et noir, l’élégance de ses ondulations, … En vous le remettant, j’étais déterminé à nous donner l’occasion de partager une nouvelle fois l’exceptionnel.

Mon espérance fut comblée bien au-delà de ce que j’imaginais.

Bien que retrouvant tout le sel de nos conversations et de nos jeux, lorsque le fouet animé par vos mains vint claquer sur moi, je suis toujours décidé, bien que déjà éprouvé, à faire durer cet échange au plus qu’il me serait permis.

La vive douleur des premiers impacts me fait courber le dos. « Se redresser », « ne pas fléchir », « accepter… apprécier », « pensez à vous à l’autre extrémité du fouet » « écouter, percevoir votre plaisir, se concentrer sur l’instant » peu à peu la douleur se mue en sensation étrange et envoûtante. Je bascule dans un état second… Chaque impact est un sursaut d’émoi.

La chaleur m’envahit… le plaisir m’enivre…, je me laisse emporter, je m’abandonne…

Pas tout de suite…repousser les limites, je lutte…

« Tenir »…

Lentement mes forces m’abandonnent…tout tourne autour de moi…,  

…. Mes jambes se dérobent… je fléchi

« Tenir encore un peu »… « Tenir »… « Tenir »…

Tout s’immobilise…

Au bord de la défaillance, il me faut un peu de temps pour revenir à moi et me rendre compte que le fouet s’est tu. Vous êtes là… tout va bien.

Est-ce terminé ? Suis-je aller assez loin pour vous satisfaire ?

Une vague sensation d’inachevé me nargue. Votre plaisir était presque complet…

Ce « presque » est de trop, il me faut le faire disparaître, reprendre des forces, puis reprendre le combat, braver à nouveau ce fouet. Qu’il nous donne plus encore.

Vous vous inquiétez pour moi :

– Êtes-vous certain ?

Non, aucune certitude, je ne sais si j’en ai la force. Mais il me faut essayer. Ni orgueil, ni abnégation, il me faut simplement, vous offrir, nous offrir un moment inoubliable.

Je reprends ma position, saisissant mon sexe à pleine main pour parfaire votre spectacle et me donner du courage.

Dans mon dos, votre présence, votre énergie, votre envie me sont perceptibles. C’est tout ce qu’il me faut… je suis prêt.

Premiers claquements, la peau déjà meurtrie est encore plus sensible. Je serre les dents, comprime mon sexe pour provoquer rapidement une érection favorisant le transport vers un état voluptueux.

« Écouter, percevoir votre plaisir, se concentrer sur l’instant, ressentir… » Tous mes sens sont en éveils subjuguant mon esprit de sensations contradictoires.

Sous les coups, ma peau s’échauffe. La chaleur se répand dans mon corps, dans mon ventre, dans mon sexe… Je m’embrase.

« Encore Madame », « Montrer moi combien vous tenez à moi »,

Je vous exhorte…

« Oui Madame », « vos assauts sont des cadeaux, vos morsures autant de marques d’attention »

« Encore » le jouissif cinglant du cuir me traverse, gonfle mes veines et grandi mon sexe.

La cadence s’accélère, ma cuisse, mes fesses sont en feu… J’entends votre plaisir monter… ma main se précipite… les traits de feu s’abattent sans répit… je hurle et vos cris me répondent… m’excitent et m’encouragent…

« Encore »…

L’exaltation est à son comble et m’entraine au bout de mes forces, quand, soudain, votre explosion me libère enfin,… je succombe dans une ultime extase …

Le temps est suspendu… sublime instant…

Reprenant mes esprits, je me retourne et, encore groggy, me traîne jusqu’à vous, accroupie au milieu de la pièce. Je pose ma tête sur vos genoux, m’enivrant de votre parfum dans un dernier effort.

À Vous…

RoiJean   (Avril 2021)

0

0